Bilan de l’année pour des entreprises de Sophia-Antipolis

Cette dernière année pour les entreprises et en particulier les entrepreneurs et dirigeants a été riche en rebondissements. Jusque-là pas de surprise, mais comment créer, rebondir et se sortir d’une crise comme celle-ci. 

Nous reviendrons dans cet article de blog sur des exemples d’entreprises ayant adapté leurs fonctionnements, stratégies et donc leurs quotidiens à travers le témoignage de leurs dirigeants. 

Nous reviendrons sur le dispositif national à venir et s’interrogerons sur les pratiques à garder et celles à reprendre. 

Partons pour cet état des lieux de la situation à aujourd’hui et retrouvons comment YDA s’est lancé dans cette tourmente : laissez-nous vous raconter quelques histoires.

1. Repartons le 12 Mars 2020 : 

Les statuts fin prêt nous signons ce jour le début de notre aventure avec YDA. Une aventure qui a débuté quelques mois plus tôt. Et a progressivement mûrit suite à la réflexion commune de créer, d’entreprendre et proposer de nouvelle solution. Réflexion commune entre Audeline et Angélique. 

Nous étions loin d’imaginer à ce moment là que la situation sanitaire prendrait une telle ampleur.

Confinées 4 jours plus tard nous prenons le partie de construire nos supports commerciaux, de communication, notre site. Tranquillement en avançant autant que possible avec nos partenaires perturbés eux aussi par cette situation exceptionnelle. 

Nous comprendrons à partir de septembre qu’un retour à la « normal » sera difficile.

2. Comment s’adapter dans l’urgence : quelques exemples

Pour YDA impossible de se résigner malgré le télétravail et l’environnement hostile nous continuons notre démarche de développement. Nous adaptons notre service avec un point d’entrée : la livraison. En soutien aux restaurateurs, nous travaillons ensemble une solution de livraison de repas. Mais pas seulement nous développons cette démarche auprès des commerçants plus généralement. 

Mais comment réagit notre marché malgré des entreprises ralenties, autour de nous il y a encore des entrepreneurs actifs. 

Nous pourrons par exemple citer Colette Consulting. En effet sa fondatrice Alice ANDRE est un bon exemple de rebond pendant cette crise. Reprenons cette petite histoire, il y a tout juste un an l’agence digitale à vu le jour mais ce n’était pourtant pas dans les plans élaborés par Alice. En effet celle-ci a travaillé bien longtemps le jolie projet de La Brouette de Colette. Et à deux doigts de voir le jour ce petit restaurant responsable doit fermer ses portes avant même d’avoir eu la chance de les ouvrirent. Mesures nationales, fermeture immédiate des restaurants. Mais que faire pour cette jeune entrepreneuse face à ce coup de massue qui met à mal des mois de travail : et bien rebondir. 

C’est ça aussi l’esprit d’entrepreneur, ne pas lâcher , ne rien abandonner : REBONDIR.

En tant que chef d’entreprise on est polyvalent, on développe des compétences diverses dans des secteurs d’activités très variés et donc on peut aller chercher dans nos propres ressources. C’est là que pour cette petite entreprise tout commence. Le plan marketing de ce projet était très bien ficelé et c’est là qu’on reconnaît les compétences marketing et digitale de sa fondatrice. Banco elle saura comment rebondir et aider les entrepreneurs, indépendants et restaurants à relancer leur activité. Elle crée donc Collette Consulting et l’aventure reprend pour Alice.  

Alors effectivement pour avancer on peut adapter son offre, son fonctionnement ou tout recommencer. Mais ce n’est pas toujours évident nous avons que très peu de recul quand il faut agir dans l’urgence. 

3. Quelles sont les leçons à retenir et comment poursuivre.

Tout d’abord il est essentiel d’être toujours en veille, surveiller son environnement, suivre les évolutions et les tendances économiques.

Il est important d’avoir une réelle stratégie d’entreprise, pour savoir où l’on ai ou l’on va. Ce plan permettra d’avoir toutes les clés pour rebondir, trouver des solutions et s’adapter. Pas facile à mettre en place quand il faut revenir sur tous les fonctionnements d’une entreprise, revoir les process , les méthodes de travail et gérer son entreprise. 

Nous avons évoqué les difficultés pour de petites structures mais il en va de même pour de grandes entreprises où se lance alors un casse tête organisationnel. 

Pour étayer cette partie nous reviendrons sur le témoignage de Philippe ELIE Manager EUROPE chez Infoblox. En permanence sur le terrain auprès de ses équipes entre la France, l’Espagne, Israël et bien d’autre. Il s’est vu du jour au lendemain confiné avec cette obligation de télétravail.

Bien évidemment il s’est adapté et à compris certaines lacunes du passé. Voici donc en 5 points son retour d’expérience, ce qu’il en retiendra et se qu’il gardera. 

1: L’empathie: 

La distance à finalement rapproché les équipes. Les visios ont portés des interrogations sur les conditions d’activité des uns et des autres et a permis de remarquer des comportements et des situations jusque là non imaginé. Les calls aujourd’hui n’ont plus du tout la même dimension. Au fur et à mesure du temps Monsieur ELIE a laissé son empathie envers ses collaborateurs s’exprimer. Quand avant son management était sûrement plus rigide et exclusivement professionnel. Il a compris aujourd’hui que de laisser parler son empathie était une bonne chose pour une meilleure cohésion avec ses équipes. Pour faire attention à ces collaborateurs désormais : On abandonne les calls, on garde la visio pour comprendre l’environnement et prendre en compte les contraintes personnelles des employés.

2 : Respect du temps : 

La visio on la garde mais on la cadre. En effet le lancement des ZOOM à révélé une facilité de se bloquer des rendez-vous, d’enchaîner les réunions et nous a connecté aux entreprises. Mais attention, il faut savoir en mettre des limites. Philippe est donc revenu sur les dérives de cette méthode de travail en parlant notamment : des réunions à rallonge qui sont épuisantes et contre productive, de la quantité importante des visio dans une journée empiétant régulièrement sur le temps de déjeuner et le temps personnel plus généralement. Résultat aujourd’hui, pour lui : se sont des rendez-vous de 30 min maximum, un nombre de rendez-vous dans la journée limité, une prise en compte particulière des contraintes personnelles de ses collaborateurs. 

3 : Donner de la perspective : 

Sur une année complète de télétravail la problématique c’est d’en voir l’issue. Le flou de la situation est difficile à gérer psychologiquement. C’est pourquoi pour Philippe l’important c’est d’avoir des projets. Des projets d’avenir permettant à ses collaborateurs de se projeter dans de nouvelles actions. Les projets mis en place pendant cette période montre à l’ensemble du personnel que l’entreprise va de l’avant et est prête à travailler. Il est important pour cela de faire appel au collectif avec des plans de travail permettant de les impliquer sur des missions à court ou long terme. Résultat aujourd’hui on implique et responsabilise les collaborateurs. 

4 : Logistique 

Très vite avec le télétravail nous avons repensé nos bureaux, nos déplacements et il en va de même chez Infoblox. En effet, ses collaborateurs bénéficiaient de locaux loués dans des espaces de co-working où il s’y retrouvaient chaque jour avant le covid. Désormais les locaux désertés, il a pris la décision de rompre ses contrats de location et de laisser ces collaborateurs en télétravail. En télétravail oui mais pas isolés, et d’ailleurs il encourage vivement chacun à se rendre en extérieur pour leur rendez-vous. 

Pour cela il a prévu un budget location ou chacun aura la possibilité de louer une salle, un espace dans un hôtel, un lieu de travail agréable en toute simplicité et selon les besoins. Pour leur permettre de fonctionner comme cela il a bien évidemment en amont distribué des chèque équipement à chacun leur permettant d’adapter leur lieu de travail pour des conditions optimum. Ce que l’on retient : du télétravail toujours mais un cadre de travail varié et à la demande

5 : Sentiment d’appartenance.

Je ne saurais dire si ce dernier point à été abordé volontairement à la fin. Mais à mon sens il est capital et vient consolider les points précédents. Quand on travail à distance le risque c’est de se sentir seul, isolé et de perdre le lien avec son entreprise. Pour montrer à ses collaborateurs qu’ils étaient partie intégrante de l’entreprise, pour montrer son intérêt envers chacun à chercher à créer du lien.

Il a permis à chacun d’échanger ensemble, de faire partie d’une grande communauté. On pourra le traduire par des actions ludiques comme des réunions Zoom informelles où se retrouvera les collaborateurs du monde entier. Qui jusque là n’avait encore jamais échangé. Ces réunions c’est parler de soit, raconter une histoire, partager sa culture, un réel enrichissement pour comprendre chacun et développer le plaisir de travailler ensemble. Petite mention particulière avec une idée qui retiendra notre attention. Des box livrées à domicile pour un moment de partage. En effet l’idée d’un apéro zoom comme il s’en ai beaucoup fait ramené à un événement d’entreprise. Il a fait livrer à ces collaborateurs des box contenant des petites choses à déguster lors d’une visio pour permettra à chacun de bénéficier de ce partage au même niveau. 

Ce que nous retenons de ce témoignage c’est essentiellement le partage humain. En effet la stratégie d’entreprise ne fonctionne qu’avec le facteur humain au centre de ses préoccupations. 

4. Après le 9 juin que ferons nous

Pour conclure ces retours d’expériences et en prévision d’une relance économique à venir. Nous retiendrons que la force de nos entreprises c’est avant tout des hommes et des femmes impliqués. Nous comprendrons donc à quel point il faut prendre soin de ses collaborateurs et que la force vient du collectif. D’ailleurs même pour un entrepreneur seul il est important de puiser dans son écosystème pour trouver les ressources pour avancer. Chez Your Daily Assistant nous sommes ravies de pouvoir puiser dans les expériences de chacun pour continuer à construire et développer une entreprise productive au service de l’humain. 

Donc à partir du 9 juin :

Nous nous retrouverons petit à petit dans quelques entreprises.

Nous trouverons un équilibre entre télétravail et présentiel.

Nous placerons nos collaborateurs au centre de notre stratégie d’entreprise. 

Nous prendrons soin de chacun en nous souciant de la conciliation vie pro et perso. 

Nous oeuvrons pour le collectif.

Maintenant nous prendrons le temps !